L’Afrique piétine-t-elle devant un mur économique ?

Introduction à “Piétinement de l’Afrique devant un mur économique”

Rappelons que notre préoccupation est d’identifier la difficulté principale de l’Afrique ; celle que nous serons en mesure de poser sous la forme d’un problème commun à résoudre. Rappelons aussi que nous avons choisi d’étudier tout ce qui est généralement présenté comme étant le problème.

A ce titre, nous consacrons une étude sur qui sont les africains dont nous recherchons le problème et un autre sur ce qui constitue sa difficulté en relation avec le passé.

Dans ce chapitre, nous recherchons sa difficulté au plan économique.

Ce que nous appelons le mur économique, ce sont toutes les oppositions concernant les objets économiques à produire et à échanger. D’une part, les africains n’ont pas le même avis sur ces objets. Les uns pensent que dans le contexte du monde contraint actuel, qu’avec son stade d’évolution en matière technique, l’Afrique n’a pas d’autres options, comme par le passé, que de vivre de la production et de l’échange de matières premières ou brutes. D’autres au contraire pensent qu’elle n’a qu’à s’industrialiser pour offrir à échanger des produits transformés à meilleure valeur ajoutée. D’autres encore ont d’autres avis. Concilier ces positions c’est résoudre cette difficulté. D’autre part, ils divergent sur la manière de produire collectivement ces biens et de participer aux échanges. De ce point de vue, le sujet des moyens d’y parvenir contribue à cimenter le mur. Que ce soit les biens à produire ou à acquérir, d’une part ou la manière ou les modalités de participer aux échanges, d’autre part, ils semblent n’avoir qu’un seul but : disposer de ressources financières pour alimenter la capacité de tirer égoïstement de ces échanges les moyens de réduire ses difficultés de vivre. Par ailleurs,  sur l’acquisition, la gestion ou l’utilisation de ces ressources, les africains sont divisés. Par exemple, beaucoup d’entre eux se plaignent de la dette, des accords monétaires et surtout de la dilapidation des ressources à travers la corruption et l’enrichissement de ceux qui exercent une parcelle du pouvoir collectif. Ce sont l’ensemble de ces oppositions qui constituent le mur économique, en agissant comme un obstacle à la marche en avant. Cela étant, sont-ce les véritables difficultés à traiter ou des divergences sur les réponses pour les résoudre, de la part des africains, en que sujets et acteurs de leur résolution ?

Nous traitons ce sujet en les trois volets suivants :
• concernant les objets à produits et à échanger
• A propos de la gouvernance économique
• S’agissant des ressources financières

GNG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *